Blog Detail

  • Home
  • Les medtech cotées en Bourse
bourse

Les medtech cotées en Bourse

La santé des sociétés françaises de technologies médicales est relativement bonne. Elle est révélée par leurs performances de ventes, chiffres d’affaires et cotes respectifs en Bourse. Dans ce milieu fortement concurrentiel, elles revendiquent une certaine place dans les statistiques des analystes du milieu. Que valent les medtechs en Bourse à Paris ? Les révélations suivantes donnent ce que vaut chacun de ces acteurs phares du secteur technico-médical.

Carmat, le bond après le recul

Le secteur de la santé se réinvente. Il se fixe l’objectif de satisfaire les besoins immenses des populations. En effet, la médecine en se modernisant, intègre les échecs récurrents face aux grandes pathologies. Pour pallier cette carence en résultats probants, des firmes investissent des milliards d’Euros dans la recherche technologique. C’est le moyen pour elles, de corriger aussi les insuffisances criantes des hôpitaux.

C’est le cas de Carmat. Son principal produit est le cœur artificiel. Notez cependant qu’un récent examen quasi négatif sur ce moteur électronique a motivé son recul devant le marquage CE. En effet, pour ce flop elle n’a pu obtenir la certification qu’elle espérait de la part de la Communauté Économique Européenne. Il s’est posé un impératif de correction à apporter à sa trouvaille.

En 2013 déjà, la société avait réussi ses premières transplantations cardiaques. Le Pr Alain Carpentier, son responsable, est l’acteur et auteur de cet exploit. Son succès avait revalorisé la structure en Bourse. Il en a été de même en 2017 où une pareille opération a valu une remontée sur le marché. Cette réussite a permis à cette maison de bénéficier de l’aval de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et de Produits de la Santé (ANSM). Celle-ci lui avait été refusée suite à la mort d’un patient transplanté.

Par ailleurs, sur le marché de la Bourse, elle se porte bien avec 15 352 592 titres. Cela lui vaut une capitalisation de 389 953 551 €. Son action revient à 25,40 €. Les spécialistes du secteur boursier conseillent l’achat des actions de Carmat. En effet, après l’acquisition en fin 2019, dudit marquage, elle occupe le sommet des statistiques.

Sartorius Biotech, conseillée par les analyses

Starious Biotech est mieux cotée avec +45 %. Même si elle accuse 0,6 % de recul, de capitalisation, elle reste dans le top 26 des leaders. D’après les derniers chiffres, elle a connu une augmentation de 1,16 % cette mi-avril. Ce géant de l’industrie du matériel bio pharmaceutique vend pour 383,80 €, son titre. Il passe ainsi le cap des 344 €.

Cette valorisation accrue se justifie par des réussites successives. Cela lui a rapporté en 2020, un chiffre d’affaires d’environ 1,9 %. Cela représente +34,6 % de croissance réalisée par rapport aux devises stables. La FrancoAllemande s’était déjà assurée l’année d’une stabilité par un bon de +11 % au mois de juillet.

Ce bond spectaculaire réalisé en pleine crise sanitaire de coronavirus, s’explique par la mise à disposition de produits entrant dans la fabrication de vaccins et antirétroviraux. Le vent en poupe, elle se fixe des perspectives de ventes comprises entre 26 % à 30 %. Les trois premiers de l’année en cours, elle a réalisé un chiffre d’affaires de +22 %.

Biomerieux, la Lyonnaise a le vent en poupe

Son titre en Bourse était de 110, 900 €. D’après les statistiques la concernant, elle a connu une chute de -0,85 % en semaine. Elle pourrait en connaître à -3,90 % au bout de l’année.

La Lyonnaise du diagnostic in vitro a fait ses plus fortes recettes en investissant dans la lutte contre la Covid-19. Elle a ainsi réalisé 31 milliards € de dividendes. Cela lui fait un progrès de 16, 6 % par rapport à l’année précédente. Si son évolution graphique en deçà des 144 € est une alerte, ses promoteurs envisagent de booster ses performances.

À la Bourse, elle affiche actuellement 118 361 220 titres. Son rendement y est de 13 126 259 291 € au titre de la capitalisation. Ce qui donne l’orientation indiciaire des 110,90 €.

Bomerieux évolue dans deux principaux domaines. Il s’agit du secteur clinique et celui, industriel, où elle fait le plus gros de son chiffre d’affaires. Dans le premier, elle réalise un chiffre d’affaires de 85,4 %. Quant au second, il engrange les 14,6 %. Il distribue des réactifs, des logiciels et des plateformes.

Guerbet, des signaux convaincants

Les clignotants sont au vert pour elle. Guerbet se démarque actuellement par des chiffres en hausse. Si le coût de son action est fixé à 34,75 €, elle scrute de bonnes perspectives. Déjà, elle table sur les 12 602 674 titres pour une capitalisation encourageante de 437 942 922 €.

La courbe graphique de son évolution est montante. Aussi, les variations la concernant sont prometteuses. Elles sont de 6,60 la semaine, de 10,49 % le mois et 5,77 % l’année. L’entreprise de l’imagerie a connu un bond qualitatif 22 % les six derniers mois.

Cependant, cette performance ne lui a pas permis d’amortir une baisse de revenus de 12,8 %. Ce manque à gagner chiffré à 712,3 millions € a motivé chez elle, la mise en route d’une stratégie de rebondissement sur le marché et en Bourse. En 2019, elle avait fait bonne figure en réalisant une progression de 46,8 %. Cela représente +1,3 % d’un bond annuel.

Bastide, ses actions à portée

Bastide est spécialisée dans la fourniture d’équipements et produits sanitaires. Elle fait partie des sociétés dont les analyses conseillent l’achat de l’action. Le coût de celle-ci est actuellement de 48,60 €. Cette valeur représente un taux en hausse de 0,3 %.

À l’heure sus-indiquée, elle était créditée d’une capitalisation de 357 133 163 €. Ce montant n’est autre que le revenu ses 7 348 419 titres. Toutefois, ses variations sont en chute. Elles sont de 0,10 % la semaine, -1,42 % le mois et -4,52 % l’année.

La société familiale s’était annoncée en fanfare au début de l’an 2021. Elle terminait l’année précédente par de bonnes performances, 24 % soit 105 millions €, en effet. Jusqu’à juin, elle envisage l’amélioration de sa croissance interne de 21 %.

Ses performances antérieures améliorées encouragent les investisseurs à suivre son évolution. L’année dernière, son titre avait gagné 42. Cet acquis l’avait positionné en Bourse même si son action est encore jugée cher. Jusqu’à juin dernier, elle avait néanmoins engrangé 335,7 millions d’euros. Cela fait un taux de progression 16,1 %.

Write a comment